AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Conte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miss Bathory
avatar

Damon
Féminin
Nombre de messages : 1960
Date de naissance : 02/02/1986
Age : 31
Localisation : Forks, Washington
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Conte   Dim 22 Aoû - 16:11

Il était une fois, dans les contrées les plus lointaines, une jeune comtesse livrée à contrecœur à un baron vivant dans un immense manoir. La famille de la comtesse avait des soucis financiers et ce mariage leur rapporta une belle prime. Alors, elle fut emmenée de force au manoir de ce baron. Elle en avait 16 ans et lui 38. Inutile de vous dire qu’elle s’opposait grossièrement à le toucher ou même à passer du temps avec lui. Mais elle n’avait guère le choix, ce dernier la menaçant de la tuer. Sa vie avait été vendue sans qu’elle ne l’accepte et sans quelle puisse y glisser un mot. Désorientée et perdue dans tout cela, elle avait le manoir à s’occuper. Monsieur le baron n’était guère présent sur ses terres. Il préférait passer ses journées à la chasse où au combat. La jeune fille s’ennuyait à en mourir. Ayant des domestiques à son service, elle se consacrait à la lecture. C’est dans cette lecture qu’elle pouvait oublier, rêver, voyager et penser à ce que sa vie aurait pu être si elle n’avait pas épousé cet homme grotesque et brutal. Malgré tout cela, leur union leur rapporta deux enfants, tous les deux âgés en bas âge. Elle dévoua tout son amour et son temps pour ces deux êtres chers. Malgré tout cela, elle était désemparée et peinée par cette vie volée et sale. Jamais elle n’avait aimé cet homme, ni même une seule seconde. Tout ce qu’elle avait fait, elle l’avait fait à contrecœur. Sa vie était brisée.

Puis un beau jour de printemps, la comtesse décida de se rendre à l’écurie. L’équitation était tout ce qui lui restait en termes de liberté. C’est seulement à cheval qu’elle se sentait vivante. Elle fut surprise de ne pas y voir le vieil homme d’écurie habituel. Elle y trouva à la place un jeune homme, ténébreux aux yeux d’un bleu aussi pur que l’océan. Inutile de dire qu’elle avait été foudroyée par son charme en un seul regard. Il se présenta sous le nom d’Alexandre. Il l’aida à monter à cheval sans même cesser de la regarder. Elle lui offrit de l’accompagner ce qu’il accepta sans hésité. La journée fut merveilleuse, complètement inoubliable. Avec ce garçon d’écurie, c’était magique. Elle n’avait pas connu autant de plaisir cette journée là depuis plusieurs années. Le lendemain, la comtesse répéta sa journée, ne voulant plus quitter son doux palefrenier. Ce dernier aussi éprouvait des sentiments pour elle. Ils ne se quittèrent plus. Puis vint un baiser. Un baiser fougueux et à perdre la tête comme jamais la comtesse n’avait pu ressentir. Avec Alexandre, c’était le paradis, enfin elle se sentait libre. Les deux amants cachèrent leur relation aux yeux du baron. Ce dernier n’était pas très présent pour surveiller les moindres faits et gestes de la comtesse. Il se mit seulement à douter de quelque chose lorsqu’il vit son épouse aussi éclatante, aussi débordante d’énergie. Quelque chose se passait sous ses yeux sans qu’il le sache.

Un beau matin, il prétendit partir à la chasse. La comtesse en était plus que ravie. Elle allait pouvoir aller retrouver son bel amant. Celle-ci attendit que son mari quitte le manoir avant de se faufiler jusqu’à l’écurie. Bien sûr, ses servantes étaient au courant de cette infidélité, mais elles jurèrent ne rien dire. La comtesse sauta dans les bras de son palefrenier adoré avant de lui couvrir de tendres baisers. Les deux amants se donnèrent l’un pour l’autre à la vue des chevaux comme seuls témoins. C’était une fois de plus magique, exceptionnelle. La comtesse éprouvait enfin un peu de bonheur. C’était dans les bras de son Alexandre. Elle avait enfin découvert le grand amour. Malheureusement, elle ne pouvait dévoiler au grand jour leur histoire. Cela ne se faisait pas pour un noble de côtoyer les serviteurs.

Alors que les deux amants étaient toujours dans les bras de l’autre. Quelqu’un entra dans l’écurie fou furieux. C’était le baron. Celui-ci était tellement dégoûté de voir sa femme dans une telle posture qu’il s’en prit au garçon d’écurie. Il ne lui laissa pas le temps de faire le moindre mouvement qu’on lui avait déjà tranché la gorge, le tout sous les yeux horrifiés de sa belle. La comtesse voulu fuir, elle ne pouvait aller bien loin sans ses vêtements. Elle supplia son mari de la laisser vivre en mentionnant le nom de leurs deux enfants. Le baron, sans pitié, empoigna la comtesse par le cou et la souleva. Il lui serra tellement fort. Il était impossible pour elle de lutter. Elle sombra.

_________________
- The Bloody Countess -
Revenir en haut Aller en bas
http://leparanormal.forumactif.com
jny Sirkis
avatar

Stefan
Féminin
Nombre de messages : 14580
Date de naissance : 11/12/1986
Age : 30
Localisation : Dans le monde Indochinois.
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Conte   Dim 22 Aoû - 16:32

C'est balot !

C'est bien écrit, j'aime !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Conte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'histoire des Cullen :: 
Coin des fans
 ::  Créations
 :: Fictions :: Autres fictions
-