AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Spades Ace
avatar

Vampire Végé - Damon
Féminin
Nombre de messages : 1078
Date de naissance : 12/11/1992
Age : 25
Localisation : Là où sont mes pieds je suis à ma place.
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]   Mar 26 Jan - 8:01

Petit speech inutile de début de l'histoire :
Tout a été entièrement tiré de ma petite tête pleine d'idées plus ou moins éclairées... Les personnages, le monde... tout est tiré de mon imagination. Sauf le personnage d'Ewald, qui a été tiré d'un personnage dont je me sers sur un forum RPG, c'est pour cela qu'il paraitra sans doute plus "creusé" que les autres. Après, en cherchant bien, il y a sans doute des jeux de mots, si certains connaissent un peu l'univers marvel, ils verront de quoi je parle...
Dernière information : je suis pas vraiment la seul à écrire ce texte, j'ai deux petits lutins qui m'aident et me donnent des critiques.
Sur ce, j'ai assez parlé, place au récit...


Prologue

Ils ont volé mon âme.

Chapitre 1 : Lynx.


La nuit était noire, sans lune. Même les réverbères n'arrivaient pas à percer l'obscurité ambiante. Pourtant, une personne avançait, rapidement, sans être gênée par le manque de luminosité. L'étrange personnage était vêtu d'une chemise noire, d'un pantalon de cuir de la même couleur et une cape, foncée elle aussi, dont la capuche masquait son visage. Il tenait serrée contre son corps, une besace remplie de ses outils de travail. Il avançait sans crainte d'être vu, sans crainte. Qui l'aurait arrêté ? Personne n'aurait seulement songé à arrêter le Lynx si on l'avait reconnu. De toutes façons, à cette heure-ci personne n'était dehors, hormis les soldats à l'heure de la patrouille. Mais une nuit comme celle-ci, froide et angoissante, les hommes d'armes n'étaient pas consciencieux et préféraient rejoindre aux plus vite leur caserne.
Le Lynx avançait sans bruit, si bien qu'on eut dit un fantôme. Il savait exactement où il allait et ce qu'il avait à y faire. Il se dirigeait vers l'immense palais au cœur de Lierdan.

« Il doit mourir ce soir. »

Sous la capuche, un sourire de prédateur se dessina sur les traits du Lynx. Il était l'Enfant de la Mort. Elle l'entourait de ses bras glacés, elle faisait battre son cœur. Il était la Mort.
Lynx était né par une nuit comme celle-ci, une nuit glaciale, sans étoiles. Cette nuit ne l'avait jamais quitté.
L'homme se colla contre le mur d'enceinte, faisant corps avec lui, et attendit quelque temps. Pas un bruit. Tout le monde dormait, les gardes attendaient la relève d'un œil morne. Le moment idéal pour lui. Se servant des pierres mal dégrossie et des interstices des joints, le Lynx escalada cette partie de l'édifice en un temps record, avec l'aisance de celui qui n'a aucune entrave, aucune peur, aucun sentiment. Une fois en haut, il goûta la saveur de l'air marin, porté par un vent calme. Il resta ainsi un instant, souriant cruellement, avant de redescendre de l'autre côté. C'était vraiment un jeu d'enfant, il n'y avait personne, comme si on lui offrait sa vie sur un plateau d'argenterie fine. A nouveau, un sourire cruel étira ses fines lèvres.



Un jeune garçon se tenait debout, le regard vide, un poignard ensanglanté dans la main droite, couvert de sang. Pas le sien. Il sentait dans sa bouche le goût cuivré du sang. Il tremblait. Une main se posa sur son épaule, un autre sur le haut de son crâne.
« C'est bien, approuva un homme dans l'ombre. Très bien. L'élève idéal, Faucon, tu as bien choisi. »
On lui enleva le poignard des mains. Son regard se posa sur le corps allongé par terre, sans vie. Il venait de tuer, pour la première fois. L'homme qui le tenait le reconduisit dans la petite cellule qui était sa chambre. Il le poussa violemment contre la couchette faite d'un fin matelas de paille à même le sol. Le Faucon s'avança vers le gamin au regard vide en souriant d'un air cruel.


Revenir en haut Aller en bas
http://psychotik-kiwi.skyblog.com
jny Sirkis
avatar

Stefan
Féminin
Nombre de messages : 14580
Date de naissance : 11/12/1986
Age : 30
Localisation : Dans le monde Indochinois.
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]   Mar 26 Jan - 8:32

Ca à l'air très intéressant, j'attend la suite Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Spades Ace
avatar

Vampire Végé - Damon
Féminin
Nombre de messages : 1078
Date de naissance : 12/11/1992
Age : 25
Localisation : Là où sont mes pieds je suis à ma place.
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]   Mar 26 Jan - 9:51

[Merci Very Happy hop, voilà la suite et fin du premier chapitre ]

Lynx traversa le jardin d'un pas aussi léger que l'animal dont il portait le nom, impassible à la beauté nocturne des arbres aux feuilles éternelles qui l'entourait. Il leva les yeux et chercha son ticket d'entrée. Il repéra une fenêtre isolée et entrouverte, au troisième étage. Il fit craquer ses jointures avant de grimper aisément jusqu'à la fenêtre. Il se laissa souplement tomber à l'intérieur de la pièce. Il y avait quelqu'un, en train de dormir, dans le lit. Lynx ne l'avait pas réveillé, néanmoins, il n'avait pas le droit à l'erreur. Avec une douceur étrange, presque une caresse, l'assassin brisa le cou de l'homme qui laissa échapper un dernier soupir avant de monter rejoindre Dwea, la Juge des Âmes.
Toujours dissimulé par sa cape et sa capuche, Lynx sortit de la pièce en silence. Il avança à travers le dédale de couloirs, sans rencontrer âme qui vive.



Un garçon tremblait de froid et de peur dans une petit cellule sombre et humide, roulé en boule, les bras serrés autour de la poitrine comme pour se réconforter. Il tressaillit en entendant la clef tourner dans la serrure. Il se força à s'étendre normalement, même s'il mourrait d'envie de se faire plus petit encore. Il ne devait surtout pas montrer sa peur.



Lynx s'arrêta devant une porte richement décorée. C'était là. Le garde normalement en faction avait entendu un étrange bruit plus loin. Il reposait désormais dans un coin, comme s'il se reposait, si ce n'était le petit accroc dans sa tunique, là où une dague effilée s'était enfoncée avec une précision mortelle. Il ouvrit doucement la porte de la main gauche, tenant dans l'autre la dague qu'il venait d'utiliser. Il se faufila dans la chambre, et avança vers le lit. Il y avait deux formes allongées sous les draps. Un rictus tordit le visage du Lynx. Il se plaça d'abord au niveau de la femme, et la poignarda en plein cœur. Elle mourut sur le coup. Mais l'autre forme, son mari, dut sentir qu'il se passait quelque chose d'anormal, car il se redressa d'un coup.
« Qui êtes-vous ? Que faites-vous là ? A la gar... ! »
Son cri se termina dans un gargouillis, avant que l'homme ne tombe à la renverse, poignardé lui aussi. Lynx avait rempli son contrat. Il avait obéi à ses ordres. Il avait tué le Roi et la Reine. Ils reposaient désormais ensemble, pour l'éternité.



Devant le jeune garçon, un homme, le bras tendus, pleurait toutes les larmes de son gros corps, le suppliant de l'épargner. Le garçon le regardait sans broncher, impassible à sa détresse, se délectant de sa peur.
« Pitié, je ferais tout ce que vous voulez, mais laissez moi vivre, pitié. Je vous couvrirais d'or ! De tout ! Tout ce que vous voudrez ! Pitié ! »
Le garçon ne bougeait toujours pas, comme figé dans de la cire. Les runes sur le collier qui encerclait son cou se mirent à rougeoyer douloureusement, et une grimace tordit les traits de l'enfant. Il savait ce qu'il devait faire pour que cela cesse. Il leva le bras, mécaniquement,resserra ses petits doigts sur la garde du poignard et d'un geste vif et précis, trancha la gorge de l'homme qui s'effondra en gargouillant. D'un revers de son autre main, le garçon essuya le sang qui maculait son visage.



L'assassin resta debout, près des corps, comme figé dans de la cire.
« Pitié, Maître, laissez moi partir. »
Une douleur fulgurante lui vrilla le crâne. Il suffoquait. Il porta la main à son cou, effleurant le collier sombre gravé de runes. La douleur se fit plus intense encore, il se plia en deux et vomit une bile amère. Il tenta de se vider l'esprit, et y parvint au bout d'un moment interminable. Au moment où il se relevait, la porte s'ouvrit à la volée et une quinzaine d'hommes d'armes entrèrent et l'encerclèrent. Ils faisaient tous partie de la garde royale, et même les plus jeunes d'entre eux étaient des bretteurs hors-pair. Ils encerclèrent Lynx, l'arme au clair. Il les regarda sans les voir et essuya sa bouche d'un revers de main.
« Pose ton arme tout de suite, assassin ! »
Le capitaine de la garde, nommé Fyr, attendit que l'assassin réagisse. En vain. Il désigna deux de ses hommes pour qu'ils se saisissent du régicide. Les deux soldats approchèrent de Lynx, méfiants. Il ne réagissait toujours pas, se contentant de regarder droit devant lui. Il ne bougeait pas, imperturbable, aveugle. Pourtant au moment où ils étaient de part et d'autres de lui, il se mit en mouvement. Les deux hommes tombèrent au sol, un poignard planté dans la gorge. Les soldats regardèrent leur capitaine, indécis. Fyr hocha la tête. Les soldats approchèrent lentement, avec moins de témérité que leurs deux défunts camarades. Lynx aussi était aux aguets, bien que ce fut quasiment imperceptible, un léger frisson de tension le long de sa colonne vertébrale, ses mains parcourues d'un tremblement anxieux, dissimulées sous sa cape. Lynx et Fyr se fixaient désormais.



A nouveau, la cellule sombre, froide, lugubre. La douleur et la peur, seules compagnes. Roulé en boule dans un coin, le garçon se berçait, tremblant. Incapable de penser. Il sentait encore l'odeur, le goût. La violence. Le sang. La haine. La peur. La Douleur. Et ce rire... Ce rire horrible, douloureux. Ses mains étaient plaquées contre ses tempes. Il voulait que ça cesse. Il ne voulait plus se souvenir. Il ne voulait plus rien ressentir. Jamais.
-Il est prêt, Faucon, bien avant tous les autres. Tu as bien fait ton travail, souffla la voix dans l'ombre.
Toujours cette voix. Encore cette voix.




Le combat avait commencé, impitoyable. Lynx dansait, une danse létale, froide comme l'acier tranchant, rouge comme la souffrance, belle comme la mort. Oh, il n'était pas indemne. Sa cape était déchirée en maints endroits, sa besace, tranchée nette, gisait dans un coin, son précieux contenu sans doute réduit à néant. Son sang avait coulé par endroit, formant des tâches luisantes sur ses vêtements sombres. Et puis, les soldats s'étaient écartés. Lynx s'était retrouvé seul face au capitaine, ahanant, fatigué, mais pas prêt à se rendre. Fyr se mit en garde, bien équilibré. Une garde élégante, comme s'il disputait un duel lors d'un tournois, comme s'il n'était pas face à l'assassin de son roi. Les soldats survivants avaient formé un cercle impénétrable, l'épée dans la main, mais pas brandie. Le duel s'engagea, d'une violence inégalable et incroyable. Les deux hommes n'étaient qu'un tourbillon furieux dont giclaient parfois quelques étincelles, qui faisait résonner le tonnerre dans la pièce. Soudain, du coin de l'œil, Lynx remarqua un gamin qui le regardait d'un air étrange, accusateur même. Que faisait-il là ? Qui était-il ? Lynx était sûr de le connaître, et pourtant...
Le gamin disparut. Mais il préoccupait toujours l'assassin, qui ne vit pas la feinte de Fyr. La lame du soldat pénétra les chairs comme un couteau du beurre, précise. Mortelle. Lynx regarda la lame qui l'avait transpercé, ébahi, puis l'homme, avant que ne se dérobent ses jambes et que sa vue ne s'obscurcisse.


Voilà donc le premier chapitre fini. critiques ?
Revenir en haut Aller en bas
http://psychotik-kiwi.skyblog.com
jny Sirkis
avatar

Stefan
Féminin
Nombre de messages : 14580
Date de naissance : 11/12/1986
Age : 30
Localisation : Dans le monde Indochinois.
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]   Mar 26 Jan - 16:55

Alors j'aime beaucoup, c'est originale, bien écrit et ça se tient. Quelques mots difficile pour moi mais ça va.
Ya pas mal d'action, pas mal de mort Very Happy

Je sens que c'est une fiction qui va me plaire !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MiniVampire
avatar

Volturi
Féminin
Nombre de messages : 7058
Date de naissance : 11/12/1996
Age : 20
Localisation : Cherche moi ;D
Date d'inscription : 19/02/2009

MessageSujet: Re: La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]   Jeu 28 Jan - 14:25

Mince alors ! Ça fait flipper ! Je me sens pas bien xD

Non ça va ! C'est trop bien écrit je trouve ! ^^
Puis comme a dit Jny y a pas mal de mort ^^"
Mais j'aime bien sourire1
Revenir en haut Aller en bas
Spades Ace
avatar

Vampire Végé - Damon
Féminin
Nombre de messages : 1078
Date de naissance : 12/11/1992
Age : 25
Localisation : Là où sont mes pieds je suis à ma place.
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]   Sam 30 Jan - 6:05

Merci Smile
SI il y a des mots (pas des morts XD) que vous comprenez pas, dites le hein, parce que des fois j'écris des trucs bizarre Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://psychotik-kiwi.skyblog.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Malédiction de Jëriel [pas vraiment le titre...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'histoire des Cullen :: 
Coin des fans
 ::  Créations
 :: Fictions :: Autres fictions
-